« Jungle Retreat », le safari à l’indienne

Récemment, j’ai séjourné dans l’hôtel « Jungle Retreat » à Bokkapuram (à environ 5h de voiture de Bangalore). Se trouvant aux abords de la jungle, ce vaste domaine offre un joli cadre en plein milieu de la nature. Ce cadre attire non seulement des touristes, mais aussi des animaux sauvages. Les cameras nocturnes (posés par les propriétaires) ont immortalisés les visites de nombreuses espèces. Une belle alliance entre la vie moderne et sauvage. Des singes, des biches, des oiseaux ont trouvé leurs coins préférés dans la verdure du domaine. Les propriétaires ont beaucoup de chiens et de chats, qui se baladent en peu partout sans déranger le calme des visiteurs. Vue l’intensité de la vie sauvage, la sécurité est prise très au sérieux. L’interdiction d’avoir de la nourriture dans les chambres mais surtout de sortir des logements la nuit. A l’arrivée, on vous fournit même un mobile, en cas d’urgence.

CSC_0781

DSC_0760

Cherchant à profiter pleinement du cadre, nous avons opté pour une cabane dans les arbres. Cependant, difficile de l’appeler cabane car c’est une véritable maison tout confort. A l’écart et offrant une belle vue panoramique cette maison vous fait oublier l’absence de la télévisons, en vous émergeant dans le calme. Seul bémol, il faut éviter de claquer les bai vitrées quand on est sur le balcon. (les bai vitrées se ferment).

DSC_0631

DSC_0605

Nous sommes venus ici en espérant faire un safari pour observer la faune sauvage de la jungle indienne. Le parc national organise des safaris le matin et l’après-midi, sauf qu’il faut réserver bien en avance, si non plus de place. Il y a beaucoup de touristes étrangers mais surtout des indiens. Le transfert jusqu’au départ du safari est assuré par l’hôtel (900 roupies). Malheureusement, il n’y avait plus de places pendant notre séjour et nous avons pris le safari du soir proposé par l’hôtel. Il est vrai que je n’ai jamais fait de safari auparavant néanmoins, je supposais partir sur les petites routes peu fréquentées, non bétonnées. J’imagine que c’est le cas en Afrique, mais pas vraiment ici. On s’est engagé sur une route fréquentée par des camions ! Aucun espoir de découvrir la vie sauvage ici, sans compter sur la profonde conviction de notre guide. Mais au bout d’une demi-heure, même lui s’est rendu à l’évidence qu’il fallait changer de direction. Il était temps ! Toutefois, malgré les camions, nous avons observé beaucoup de biches, visiblement bien adaptées aux bruits des véhicules.

Ce changement nous a porté chance. Avec un trafic quasi nul, nous avons fait la connaissance avec des impressionnants bisons indiens. Là on se sent tout petit et fragile. D’après le guide, je pouvais utiliser le flash (ce qui est complètement interdit avec des éléphants) grâce à cela j’ai vite capté l’attention de l’animal et j’avoue, on ne se sent pas à l’aise, en dépit de son flegme manifeste.

DSC_0702

En poursuivant j’ai compris pourquoi ici il n’y a pas d’accidents impliquant des tigres, vue la quantité de biches, le tigre n’a pas de réel besoin de quitter la jungle où l’animal a tout ce que lui faut. Ce qui est sûr, c’est que le guide a l’œil averti et l’habitude de repérer les animaux, il est certain qu’on n’a rien manqué. C’est juste qu’on n’a pas eu trop de chance. A la fin, sur le chemin du retour on a pu voir des cerfs sambars, bien cachés (bravo le guide) sur les rives d’une petite rivière. Une belle découverte de ces animaux qui par leur extraordinaire grâce des mouvements, hypnotise le regard. Bilan de la soirée plutôt positif. Certes, comme tout le monde, on s’attendait à voir des tigres et des éléphants, sauf que, ce sont des animaux sauvages sans horaires ni lieux de passage fixes. C’est un peu comme jouer au loto.

En rentrant à l’hôtel, nous étions conviés à une présentation organisée par la propriétaire. Le discours agrémenté de photos et de vidéos (notamment avec des belles vidéos nocturnes autour de la piscine) décrivait la flore et le faune sauvage locale à travers l’histoire du domaine. La possibilité de la cohabitation entre les humains et les animaux constituait un véritable leitmotiv de la présentation. Il suffit de s’adapter en suivant des règles simples et logiques. J’ai trouvé cet engagement touchant mais aussi d’une grande importance dans un pays où le nombre d’accidents impliquant la vie sauvage augmente. L’urbanisation galopante, l’extension des terres agricoles privent des habitants de la jungle de ressources, en poussant à la confrontation avec l’homme. Il reste à espérer que ce discours trouvera un sol fertile, en provoquant une véritable réflexion sur la façon dont l’humanité se développe.

Le lendemain matin, nous avions décidé de tester une balade sur la colline. Logiquement, arrivé en haut de cette dernière, une magnifique vue sur la jungle et le village devait s’ouvrir à nous. Sur le chemin, notre guide nous montrait sans cesse des traces des éléphants, des ours, (en même temps, il pouvait nous montrer tout et n’importe quoi car on ne connait pas trop le sujet). A l’aide de jumelles, nous avions observé des oiseaux. On a découvert aussi des plantes, bref on a eu beaucoup d’information et le temps passait vite. Devant la fameuse colline, j’ai eu des doutes pour la vue, l’épaisse brume couvrait le village et la colline avec. Mais bon, monter sur en haut constitue un véritable exercice et j’aime bien l’exercice. Voilà là-haut, en effet l’épaisse brume couvre tout, la récompense de la belle vue n’est pas au rendez-vous. En fin, je crois que le guide était plus déçu que nous. Dommage pour le panorama mais cela fut une bonne balade sportive, éducative dans un décor exotique.

DSC_0729

Pour conclure, je dirais que l’endroit est magique. Sans parler de la jungle, de tigres tout comme des belle vues, ce lieu avec son atmosphère exercent un effet reposant, apaisant. Et dire, qu’on ne se rend pas compte de l’absence de la télé ! Boire du thé sur une terrasse entourée par la jungle, écouter des mélodies d’oiseaux, des cris de singes, créent une sensation de bien-être, d’apaisement assez unique. D’autant plus remarquable, car j’ai toujours associé l’Inde avec le vacarme des villes. Ce magnifique endroit peut devenir une belle étape dans un circuit au Sud de l’Inde. Après le tumulte de la vie citadine, ici on recharge ses batteries, au plus près de la nature.

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Jungle Retreat », le safari à l’indienne »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s